Georges Perec est un écrivain français né en 1936 à Paris, et mort en 1982.

Membre de l'Oulipo à partir de 1967, il fonde ses œuvres sur l'utilisation de contraintes formelles, littéraires ou mathématiques, qui marquent son style.

Il se fait connaître dès son premier roman, "Les Choses". Une histoire des années soixante (prix Renaudot 1965) qui restitue l'air du temps à l'aube de la société de consommation. Suivent, entre autres, "Un homme qui dort", portrait d'une solitude urbaine, puis "La Disparition", où il reprend son obsession de l'absence douloureuse. Ce premier roman oulipien de Georges Perec est aussi un roman lipogrammatique (il ne comporte aucun « e »). Paraît ensuite, en 1975, "W ou le Souvenir d'enfance", qui alterne fiction olympique fascisante et écriture autobiographique fragmentaire. "La Vie mode d'emploi" (prix Médicis1978), dans lequel il explore de façon méthodique et contrainte la vie des différents habitants d'un immeuble, lui apporte la consécration. En 2012 paraît le roman "Le Condottière", dont il avait égaré le manuscrit en 1966 pendant un déménagement et qui ne fut retrouvé qu'en 1992, dix ans après sa mort.

En 2017, il entre dans « La Pléiade ».

L'Augmentation
 
de Georges Perec
 

Adaptation & mise en scène : Micha Herzog

 2018

tout public

Comment, quelles que soient les conditions sanitaires, psychologiques, climatiques, 

économiques ou autres,mettre le maximum de chance de son côté en demandant à votre chef de service un réajustement  de votre salaire ?

"L'Augmentation" est une pièce écrite par Georges Perec en 1967.

Elle consiste dans le développement linéaire d'un organigramme de bureau, qui prévoit toutes les possibilités dans une succession de propositions binaires. Elle a été écrite pour la radio, puis adaptée plusieurs fois au théâtre.

Un homme s'épuise à demander une augmentation à son chef de service et Georges Perec tente d'épuiser cette succession de demandes toujours insatisfaites. Tous les obstacles possibles - tous plausibles - sont explorés. Les retards, les empêchements s'accumulent. Le quémandeur a beau s'obstiner, il n'obtient jamais gain de cause. Récit arborescent, "L'Augmentation" se transforme en parcours du combattant, battu d'avance.

 

Avant même le choc pétrolier de 1973 et la fin des Trente Glorieuses, Georges Perec aborde dans cette pièce des thèmes novateurs comme celui de la souffrance au travail.

"L’Augmentation" demeure d’une rare efficacité et d’une mordante actualité. Efficace, parce qu’elle traite du milieu du Travail avec un humour et une dérision propre à Perec, mêlant la subtilité à une pointe de cynisme. Actuelle, parce qu’elle dépeint et dénonce la pression psychologique que le Travail exerce sur l’individu.

Acuité terrible d’un texte sur l’asservissement au travail qui n’a pas pris une ride.

Avec :                                                                                                                                                                   Thierry Bois                                   Sandrine Du Mesnil                            Agnès Pradarelli

Isabelle Bouchon                         Morgan Larivain                                  Nadine Quéré                                

Blandine Bourrinet                      Nelson Marihno                                  Gautier Revillod 

Turan Coban                                         

                       

En coulisses :

Mise en scène            Micha Herzog

Musique originale     Gautier Revillod

Chorégraphie             Danila Massara