Denise Bonal est comédienne et auteur.Elle est née en Algérie où elle passe toute son enfance, et arrive à l’âge de 12 ans à Paris. Déjà prise par le virus du théâtre, elle met en scène, pendant son année d’hypokhâgne en 1940, Aucassin et Nicolette, une pièce en vieux français. Elle abandonnera ses études pour suivre le cours de théâtre de Charles Dullin.

En 1951, elle est engagée à la Comédie de l’Ouest au Centre Dramatique National de Rennes où elle reste 15 ans. Durant cette période elle écrit des contes et nouvelles radiophoniques tout en continuant à interpréter les plus grands rôles du répertoire.
En 1971, elle rejoint Hubert Gignoux au Théâtre National de Strasbourg puis devient professeur au conservatoire de Roubaix. En 1983, elle est nommée professeur titulaire au Conservatoire National Supérieur de Paris.
Elle a écrit entre autres Légère en août, Honorée par un petit monument,  Turbulences et petits détails.
Ses pièces, pour la plupart, ont été traduites et mises en scène à l’étranger.
Elle a reçu le prix d’Enghien pour Les Moutons de la nuit en1975, le Prix de la Radio de la SACD en 1980, le Prix du Théâtre de la SACD en 1986, le Prix Arletty pour l’ensemble de son oeuvre en 1990, le Prix European Drama pour Féroce comme le coeur en 1994 et le Molière du meilleur auteur 2004 pourPortrait de famille.
De dimanche en dimanche a été couronné par le Grand Prix de littérature dramatique 2006.

Les pas perdus
 
de Denise Bonal
 

Mise en scène : Micha Herzog

 2009

tout public

Que de pas ! Pas perdus ? Non, impatients peut-être, hésitants, sûrs ou pas, pas de deux, pas tout seul, pas ensemble ou pour toujours, piétinements, étreintes…

La gare de nos cités comme paysage du monde : forêts et incendies entre les rails, le voyage égare,

L’ailleurs éloigne, l’ici, reviens ! à pas de loup ou au pas de charge, tout est là et net sur le quai, la vie se livre à sa décharge, et le train repart vers d’autres horizons.

Voici la gare : c'est elle le personnage principal, elle le sait et le fait savoir. Voici la gare : passent et repassent les hommes pressés, les femmes avec leurs enfants, leurs magazines, leurs chats, leurs valises à roulettes, les bandes braillardes, les errants, les familles électriques, les fantômes du monde entier, les anonymes couleur de fumée, les fous qui parlent seuls.Voici la gare centrale : lieu aux histoires meurtries, aux décisions décousues, aux envols vainqueurs, lieu des larmes chaudes et des mains jointes et des serments hâtifs, lieu des derniers sourires, des paroles qu'on n'oubliera jamais et des baisers donnés pour la vie, c'est le départ.

Avec :                                                                                                                                                                    

Antoine Akakpo               Marguerite Laurent                 et les enfants et ados : 

Anne Burban                    Martine Navarro                       Julien Just

François de La Bigne       Sophie Totchilkine                    Félicité Lambel

Roberte Harkas                Denise Vandebeek                   Flore Cottin

Pierre Laigneau                 Sophie Vincent                         Célia Mischis

                                                                                                 Julia Tesson

                       

                                                                               

En coulisses :

Mise en scène                    Micha Herzog

Scénographie sonore     A. de Alcantara 

Régie                                 Anne Gatien